Alertes Citoyens

Recevez les alertes de la commune de Garéoult par SMS, Mail ou sur votre téléphone fixe!

Inscrivez-vous

Newsletters

Recevez nos infos par courriel, inscrivez-vous !
Conditions d'utilisation

Agenda

Retour sur la Fête Nationale

zou copie
Les Sapeurs Pompiers du Centre d'Incendie et de Secours de Garéoult mis à l'honneur à l'occasion de la Fête Nationale.
 
 
Ce mercredi 14 juillet, c'est une cérémonie de la Fête Nationale un peu particulière qui a réunit les autorités civiles et militaires autour de Gérard FABRE, Maire et du Lieutenant Philippe VALLOT, Chef du Centre d'Incendie de Secoours de Garéoult (CDIS).
Organisée au Boulodrome en présence d'un large public, la remise des distinctions au personnel du CDIS qui a précédé l'allocution de Gérard FABRE, fut l"occasion de valoriser ces femmes et ces hommes qui veillent chaque jour sur le bien être et la sécurité de tous et de remettre les médailles, galons et avancements de grade tant mérités.
A l'origine de la création du Centre de Secours il y a 30 ans, Lionel Mazzocchi, 1er Adjoint au Maire a également tenu à remercier Gisèle DUPUY, engagée depuis le tout début auprès de la population et au sein de l'école des jeunes sapeurs pompiers, en lui remettant la médaille de la Ville.
A l'issue de cette cérémonie qui a également marqué la fin de mandat du 1er Conseil Municipal des Jeunes de la Ville de Garéoult, chacun a été invité à se rendre au Monument aux morts pour un moment de recueillement et le traditionnel dépôt de gerbes .

ALLOCUTION DE GÉRARD FABRE, MAIRE

Madame la Conseillère Départementale

Mesdames et Messieurs les élus

Monsieur le chef de corps des Sapeurs-pompiers de Garéoult

Mesdames et Messieurs les Sapeurs-pompiers, accompagnés des jeunes S/P.

Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles, associatives, religieuses et militaires.

Mesdames et messieurs les Présidents des associations Patriotiques.

Mesdames et Messieurs.

Je suis à la fois heureux et honoré de vous recevoir, au nom du Conseil municipal, sur notre boulodrome-symbole de paix et de qualité de vie.

Je remercie le Lieutenant Philippe Vallot, chef de corps des pompiers de Garéoult, d’avoir proposé d’insérer leur manifestation, prévue et reportée de la Sainte Barbe, dans notre traditionnelle fête du 14 juillet.

Je tiens également à remercier tous les sapeurs-pompiers de votre corps pour les services que vous rendez, tout au long de l’année, sur le plan de la sécurité des biens et des personnes de Garéoult et du canton.

Vous êtes passés depuis la loi de Départementalisation de 1995 d’environ 300 sorties à aujourd’hui près de 1500 sorties par an.

Ce corps de sapeurs-pompiers se distingue aussi par son « école de jeunes sapeurs », formés par les anciens. Cette école constitue une école de la vie, un apprentissage à la vie citoyenne, une approche de la fraternité, une des valeurs cardinales de la République.

Je félicite les récipiendaires qui ont été promus au grade supérieur, ainsi que les anciens justement récompensés par une distinction à la hauteur de leurs brillants états de service. Ces récompenses s’intègrent naturellement dans notre Fête nationale, qui reconnait la valeur des femmes et des Hommes qui servent la République, bien souvent au péril de leur vie.

Contrairement à ce que pense la plupart des Français, le 14 juillet ne commémore pas la prise de la Bastille. Certes la prise de la Bastille a bien eu lieu le 14 juillet 1789, mais la fête nationale commémore la fête de la fédération.

Celle-ci eut lieu le 14 juillet 1790- premier anniversaire de la prise de la Bastille à l'initiative de La Fayette pour fêter les fédérés des gardes nationales de France. Elle se voulait un évènement de réconciliation et d'unité des Français.

La décision finale est actée dans le décret signé par Jules Grévy le 6 juillet 1880. Depuis le 14 juillet 1880, la fête nationale se présente chaque année sous le double aspect que nous connaissons aujourd’hui :

-une fête populaire avec bals et feux d'artifices, organisée par les municipalités avec cette année les contraintes liées à la pandémie.

-une fête militaire marquée par des revues, des commémorations devant nos monuments aux morts.

C'est aussi l'occasion de rappeler aux citoyens le sens des symboles de la République. En effet la nation française a payé chèrement de son sang l'intégrité de son territoire, à l'ombre de son drapeau tricolore, adopté en 1794 comme emblème national. Les couleurs de ce drapeau sont-le bleu et le rouge -couleurs de la ville de paris- le blanc venant d'un millénaire passé sous le régime de la royauté.

Et puis notre "Marianne" qui représente la République française. Elle est représentée sous les traits d'une femme, car tous les citoyens sont ses enfants. Elle est coiffée du bonnet phrygien- allégorie de la liberté. L'hymne nationale : la Marseillaise-devenue chant national en 1795. Enfin les valeurs fondamentales de la République symbolisées par la devise : Liberté-Égalité-Fraternité.

Ce triptyque était une construction intellectuelle, ambitieuse qui se voulait universelle. Dans le contexte de relâchement des mœurs que nous traversons, nous pouvons nous interroger sur l'esprit et la valeur actuelle de ce triptyque, partant de son fondement juridique.  

La Liberté est un mythe qui ne peut être envisagé qu’assorti de son corollaire « le devoir d’obéissance à des règles librement choisies ». Ce Devoir d’obéissance est impératif pour tous ceux qui vivent ou qui se trouvent sur notre territoire – Français ou Étrangers. Ainsi, selon la déclaration des droits de l’homme de 1793, la Liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui. C’est essentiellement la liberté de penser, de s’instruire, de l’image, de réussir. Il convient cependant de remarquer que, s'agissant de la Liberté, les droits ont pris le pas sur les devoirs. Les libertés individuelles peuvent devenir exorbitantes et s’opposer à l’intérêt général (exemple en matière d’écologie). Elles peuvent également à contrario être menacées chaque jour par les besoins des nouvelles techniques de la connaissance numérique, qui collationne nos données personnelles, influence ou manipule l’opinion publique.

S’agissant de L'Égalité : Elle est définie ainsi : Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi. L'égalité est très souvent confondue avec l'égalitarisme. L’égalité n’est pas dans la similitude ou l’identité, elle est dans la réciprocité qui implique une place, un rôle différent pour chacun sans fusion ni uniformisation. C’est l’égalité des races, des droits, des savoirs, sociale, des chances, devant la loi….  Au nom de l'égalité, où par son nouveau nom : « la non-discrimination » justifiée par les progrès techniques, scientifiques ou une soif infinie de démocratisation, on détruit le fondement de notre société c'est à dire la famille. Le Devoir d’Égalité est mis à mal, que ce soit en termes de « discrimination positive ou négative ».

S’agissant de la Fraternité, il convient de noter que ce concept n’apparait qu’en 1848 avec la 2e République et n’est définitivement inséré dans la devise qu’en 1946. La Fraternité est le sentiment d’appartenance à un même groupe, à une même communauté, un même pays. Elle se manifeste par

                                    - l’expérience d’un même vécu, de mêmes racines.

                                    -Par la pratique d’un même langage, de mêmes rites (naissance, mariage, funérailles).

                                    -par la pratique d’une même culture (Judéo-chrétienne, pour ce qui nous concerne), en s’appuyant sur la laïcité.

                                    - par la référence aux mêmes exemples- grands noms, des expériences communes comme la pandémie que nous venons de vivre, enfin les faits marquants de notre histoire.

                                    -par la référence finalement aux mêmes symboles, aux mêmes valeurs humaines et sociales.

Le Devoir de Fraternité s’inscrit naturellement dans des actes de solidarité (aides financières- par des comportements adéquats en temps de pandémie, gestes barrières, port du masque, vaccination). Ainsi ces trois vertus ne sont pas innées. Elles ont évolué, atteint et dépassé leurs limites. Elles ne rendent plus les gens heureux. L’assistanat a remplacé le goût de l’entreprise et le goût du travail. L’individualisme a pris le pas sur la Fraternité. Il est temps de revenir vers les valeurs fondamentales et ambitieuses édictées par les pères fondateurs de la République. Valeurs fondées, dès 1790, sur le rassemblement de nos concitoyens et non sur leurs divergences.

 Ceci passe nécessairement par un rééquilibrage Droit et Devoir des citoyens. Le rappeler un jour de fête nationale n'est peut-être pas inutile.

 

RETROUVEZ LA CÉRÉMONIE EN IMAGES EN CLIQUANT ICI

Cérémonie du 14 juillet Garéoult SDIS 5

 

 

Nous utilisons des cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.